Tuerie dans un bar gai aux États-Unis Unifor Québec est solidaire de la communauté des lesbiennes, gais, bisexuels et transge

Tuerie dans un bar gai aux États-Unis
Unifor Québec est solidaire de la communauté des lesbiennes, gais, bisexuels et transgenres (LGBT)

Montréal, le 13 juin 2016 – L’équipe de direction d’Unifor Québec tient à joindre sa voix aux milliers d’autres qui ont dénoncé haut et fort l’acte de barbarie survenu cette fin de semaine à Orlando alors que 50 personnes ont été froidement abattues et que plus d’une cinquantaine d’autres ont été blessées pour la seule raison d’avoir été dans un bar gai.

« Cet événement nous a profondément choqueés, mais il nous fait du même coup réaliser combien les droits de la personne sont fragiles et constamment sous attaques, et ce, même ici. Il s’agit d’un acte de violence effroyable envers la communauté LGBT. Qu’une telle attaque puisse avoir lieu en Amérique en 2016, c’est impensable, inimaginable! Ça nous indique que nous devons poursuivre le travail de sensibilisation ici comme ailleurs afin de faire respecter les droits de nos consoeurs et confrères de la communauté LGBT », ont déclaré Renaud Gagné, directeur québécois, Benoît Lapointe, preésident du Conseil québécois et Pierre Demontigny, président du comite? LGBT.

« Nos penseées vont évidemment aux familles et à toute la communauté d’Orlando, qui ont été touchés par ce drame. Mais nous avons aussi le devoir de nous tenir debout en refusant toute forme d’intimidation ou de gestes homophobes dans nos milieux de travail et de vie. Cette date du 12 juin 2016 restera à jamais gravée dans notre mémoire », ont conclu les dirigeants syndicaux.

Une invitation a été lancée à participer à une vigile spéciale, jeudi le 16 juin prochain à 19h au Parc de l’Espoir aux coins des rues Ste-Catherine et Panet. Vous trouverez de l’information au www.facebook.com/fiertemontrealpride 

... Suite

Communiqué sur les plans de départs volontaires du 10 Novembre 2015

http://unifor6000.ca/static/upload/documents/Communiqu%C3%A9_PDV_10_novembre_-_f_-_copie.pdf

... Suite

Nouvelle importante

Bonjour à tous,

Svp prendre connaissance de la communication ci bas de la part du comité de négociation des employés de bureau et groupes connexes. 

Consœurs, Confrères,

Hier, Bell Canada a avisé le Syndicat de son intention d’offrir des Plans de départ volontaires (PDV) dans l’organisation du Marché d’affaire sous Domenica Maccioccia (anciennement Donald Mackinnon). Cette offre vise les employées qui sont actuellement éligibles à la retraite ainsi que celles qui le deviendront d’ici le 31 décembre 2016. Bell Canada a déclaré que cette initiative avait pour but de sous-traiter les emplois laissés vacants par les départs. Bell Canada envisage donc d’utiliser la voie des PDV afin de contourner les protections de la convention collective qui empêchent la déclaration d’employées excédentaires afin de sous-traiter les emplois.

Il est important que vous sachiez que le Syndicat s’est fermement opposé à cette initiative. Soyons bien clair, le Syndicat ne s’oppose pas au principe général du PDV lorsque cette mesure permet d’éviter des mises à pied. Mais dans la situation actuelle, Bell Canada fait une offre empoisonnée à ses employées en provocant de l’attrition dans le but précis d’éliminer un nombre considérable d’emplois bien rémunérés à l’intérieur de la compagnie.

En 2003, dans un dossier similaire concernant nos confrères techniciens, le Conseil Canadien des Relations industrielles (CCRI) a reconnu que Bell Canada ne pouvait pas implanter un plan de départ volontaire à la retraite sans d’abord en avoir négocié les paramètres avec le syndicat puisque qu’un tel plan représente une modification aux conditions de travail. Nous avons donc avisé Bell de son obligation à négocier les paramètres d’un éventuel PDV. La Compagnie nous a plutôt opposé une fin de non-recevoir en soutenant que la décision du CCRI ne s’applique pas à l’accréditation du personnel de bureau et groupe connexe.

Bell Canada tient tellement à sous-traiter nos emplois, qu’elle achète vos départs en offrant un montant d’argent alléchant pour nos membres qui sont éligibles à la retraite. En considérant que l’unité d’accréditation du Personnel de bureau comptait plus de 12 000 membres en 2002 et que nous sommes moins de 6000 membres à l’heure actuelle, vous comprendrez qu’il nous est impossible de supporter une telle fronde contre nos emplois.

Unifor entend utiliser tous les recours légaux pour empêcher Bell Canada de procéder avec cette offre empoisonnée.

Nous vous aviserons des prochains développements. En toute Solidarité,

Votre équipe de négociation d’UNIFOR 

... Suite